« La lecture nous donne un endroit où aller lorsque nous devons rester où nous sommes » – Mason Cooley

vendredi 6 octobre 2017

Sénéchal de Grégory Da Rosa

""

 Quatre fleurs : J'ai beaucoup aimé


Titre : Sénéchal
Auteur : Grégory Da Rosa
Genre : Médiéval-fantastique
Public visé : Adulte
Année de parution : 2017
Nombre de pages : 320 pages (Mnémos)

Quatrième de Couverture :  « Sénéchal, la ville est assiégée ! »

Telle est la phrase que l’on m’a jetée sur le coin de la goule. Depuis, tout part à vau-l’eau. Oui, tout, alors que ce siège pourrait se dérouler selon les lois de la guerre, selon la noblesse de nos rangs, selon la piété de nos âmes. Nenni.

Lysimaque, la Ville aux Fleurs, fière capitale du royaume de Méronne, est encerclée et menacée par une mystérieuse armée. Et pour le sénéchal Philippe Gardeval, ce n’est que le début des ennuis. Suite à l’empoisonnement d’un dignitaire de la cité, il découvre que l’ennemi est déjà infiltré au sein de la cour, dans leurs propres rangs ! Sous quels traits se cache le félon ? Parmi les puissants, les ambitieux et les adversaires politiques ne manquent pas ; le sénéchal devra alors faire preuve d’ingéniosité pour défendre la ville et sa vie dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.

Avant de commencer :  Une fois n'est pas coutume, j'ai laissé passer du temps entre ma lecture et ma chronique (environ trois semaines). Pour la bonne raison que je suis sortie de ma lecture décontenancée. En effet, contrairement aux apparences, Sénéchal n'est pas un roman one-shot : c'est le premier tome d'une trilogie (et j'avoue que ça ne m'a pas beaucoup plu de ne pas le savoir avant de commencer - d'autant plus que c'est la deuxième fois que ça m'arrive cette année ; deux livres acquis aux Imaginales de surcroît). Face à cette déconvenue, mon ressenti n'était pas très objectif. J'ai préféré attendre pour livrer un avis qui me paraît plus honnête. 

Ce que j'en ai pensé (sans spoilers) : J'ai acquis Sénéchal cette année aux Imaginales, après avoir assisté à une conférence dont le thème était « Quand les héros de fantasy rencontrent leur destin », durant laquelle l'auteur a pu parler de son livre. Ma curiosité a été grandement titillée par ce roman présenté comme atypique, par son héros et par sa temporalité - l'intrigue se déroulant sur trois jours seulement. Sénéchal était alors présenté comme une sorte de huis-clos, à l'échelle d'une ville. Je me suis donc laissée convaincre !

Ce que je retiens de ce roman, c'est d'abord la plume de Grégory Da Rosa. En effet, son style est très élaboré, travaillé et recherché. Le vocabulaire employé et le ton utilisé sont très moyenâgeux, complexes parfois (ce qui pourrait rebuter certains lecteurs, mais qui m'a personnellement bien plu). J'ai trouvé que son écriture servait très bien son histoire.

L'histoire, puisqu'on en parle. Elle démarre rapidement, avec des rebondissements et un suspens bien menés. Un traître se trouve parmi les nobles de Lysimaque, ville assiégée, et le roman prend alors des allures d'enquête. Toutefois, l'action prend rapidement le pas sur l'enquête car d'autres traîtrises attendent notre héros. J'ai été désappointée par le format du livre, car je pensais que l'enquête se résoudrait à la fin du livre - mais puisque c'est un premier tome, le roman se termine sur un cliffhanger (très réussi, au demeurant). De fait, je ne vois plus trop le côté atypique de la temporalité du récit, car si c'est un premier tome, l'intrigue ne tiendra plus tout à fait sur trois jours... et c'est dommage. Ce n'est pas tout à fait ce que j'attendais de Sénéchal en le lisant.

Néanmoins, même s'il n'a pas répondu à mes attentes sur ce plan-là, Sénéchal est doté d'une intrigue très maîtrisée. Intrigues, complots et trahisons nous tiennent en haleine de bout en bout. Couplez cela à des scènes d'une grande virtuosité (la scène de la cathédrale, au milieu du roman !!) et vous aurez un roman vraiment très prenant. Seul bémol, certaines scènes trainent en longueur et/ou m'ont moins convaincue (l'entretien avec l’ecclésiastique la nuit, par exemple, que j'ai trouvée vraiment trop longue ; les révélations sur le fils du Sénéchal qui ne m'ont pas vraiment convaincue) L'univers semble relativement classique, mais il est à peine esquissé dans ce premier tome, donc j'attends de voir la suite. D'ailleurs, une carte et un index des personnages auraient été grandement appréciés !

Je terminerai ma chronique en mentionnant la personnalité complexe du héros, Philippe Gardeval. Même s'il est sénéchal, ce personnage n'a pas grand chose du héros archétypal de fantasy. Je n'en dévoile pas davantage pour vous laisser découvrir, mais j'ai trouvé intéressant que le personnage principal ne soit ni un canon de beauté, ni un canon de courage. Cela fait plaisir de voir des personnages si bien construits.           

Mon avis en résumé : Malgré ma déception sur le format du livre (premier tome d'une trilogie, et non one-shot comme tout porte à le croire) Sénéchal de Grégory Da Rosa s'est révélé une lecture fort agréable. L'intrigue est prenante, le rythme soutenu, et ce malgré quelques passages trop « tell » et quelques longueurs. Sénéchal est un roman au ton et au vocabulaire médiévaux très recherchés, qui servent parfaitement l'intrigue. Philippe Gardeval est un héros atypique, presqu'un anti-héros, dont la personnalité riche et complexe fait la force du récit. Je lirai la suite avec un grand plaisir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire